Ces ardoises proviennent soit de France (Anger), d’Espagne (région de la Galice dans le nord-ouest qui fournit à ce jour l’essentiel du marché européen) ou d’Asie. Ces ardoises n’ont toutefois pas toutes les mêmes qualités. Un coup d’oeil à la norme STS 34/1981 et vous saurez si elles sont homologuées et conformes. La pose Les ardoises sont posées par rangées parallèles, à joints alternés et biseau au-dessus. Le joint entre deux ardoises se trouve dans l’axe de l’ardoise du rang supérieur. Les ardoises clouées sont posées jointives et fixées chacune par deux clous. Chaque ardoise ne peut être clouée que sur une seule volige. Les ardoises posées au crochet sont fixées chacune au moyen d’un crochet à piquer ou d’un crochet à pincer. Un espace d’environ 3 mm est laissé entre deux ardoises consécutives pour le placement du crochet. Les ardoises de rives latérales sont clouées. Les ardoises artificielles Les ardoises artificielles possèdent les qualités de résistance, de dureté et d’inaltérabilité du ciment et des fibres minérales qui les constituent. Les fibres-ciment se caractérisent aussi par leur résistance à la chaleur et au froid. Leur longévité permet aux fabricants d’offrir une garantie de 30 ans. Dans certains cas, celle-ci est même accompagnée d’une garantie de 15 ans sur la coloration. Les ardoises artificielles sont faciles à poser, possèdent une bonne rigidité et une bonne solidité. Leur résistance à la pourriture, aux attaques des insectes, des champignons et des bactéries est également très bonne. Leurs autres caractéristiques essentielles sont : légèreté, ininflammabilité et retrait quasi nul. Les ardoises en fibres-ciment sont disponibles en plusieurs dimensions, plusieurs formes et différents coloris : brun marbré, noir, bleu-noir et gris-ardoise. Signalons également qu’en dehors des ardoises lisses, il existe des ardoises structurées qui imitent l’aspect des ardoises naturelles. Les ardoises artificielles sont aujourd’hui pourvues d’une couche de protection anti-mousse. Les tuiles Elles peuvent être en béton, en métal, en bitume ou en céramique (terre cuite). Les tuiles en céramique Les matériaux de construction céramiques sont des produits entièrement naturels et durables fabriqués à base d’argile et de sable. La céramique est utilisée depuis très longtemps comme matériau de construction. Cinq Belges sur dix choisissent la tuile en céramique comme matériau de couverture. Les tuiles en terre cuite peuvent présenter un aspect naturel ou vernis qui les rend capables de s’adapter sans problème aux exigences et aux tendances de l’architecture contemporaine. Néanmoins, la demande de tuiles en terre cuite émaillée a considérablement augmenté ces dernières années. Mais une grande partie du public marque sa préférence pour la finition mate. C’est pourquoi certains fabricants ont mis au point une série d’émaux mats. L’émail se présente sous la forme d’une couche de recouvrement vitrifié appliqué sur une surface céramique, par exemple une tuile en terre cuite. L’adhérence durable entre l’émail et la surface est obtenue par cuisson à une température de minimum 980 °C. Cette finition, très lisse, présente également l’avantage d’éviter la formation d’algues, de mousses et de moisissures. Les coloris vont du noir au brun en passant par le vert mousse (!) et le lilas. La tuile céramique est disponible en différents modèles : tuile tempête, plate, vieille pane, demi-ronde et en différentes teintes : rouge naturel, anthracite, noir, brun émaillé, rustique amarante, etc. La structure des pores et la résistance au gel de la tuile lui confèrent d’excellentes propriétés. La structure des pores permet en effet de supporter la pression de la glace et exclut toute dégradation de la tuile par le gel. Une garantie de résistance au gel de 30 ans est offerte par certains fabricants. Les tuiles doivent répondre aux spécifications de la norme STS 34 et NBN B27-601. La ventilation des toitures en tuiles céramiques Le ”sur-refroidissement” qui se produit lors de conditions météo froides, est un phénomène inévitable. La conséquence ? L’humidité de l’air situé entre la couverture et la toiture risque de se condenser sur la surface froide de la couverture du toit. Les tuiles en terre cuite absorbent cette condensation et sèchent par la suite. S’il s’agit de tuiles émaillées, le séchage est limité. Ce type de tuile doit dès lors être très résistant au gel. La condensation peut éventuellement former des gouttes d’eau, qui ruisselleront sur la toiture jusque dans la gouttière. L’emploi de sousfaîtières ventilées est une solution qui permet d’éviter ce phénomène de condensation. Les tuiles métalliques Il s’agit de tuiles en acier galvanisé recouvert d’une peinture de protection en polyester de haute qualité. Ces tuiles industrialisées ont www.construire-renover.be 69 3 ICOPAL Pagina 68

Pagina 70

Voor maandbladen, online publicaties en onderwijsmagazines zie het Online Touch online publisher CMS systeem. Met de mogelijkheid voor een webwinkel in uw verenigingsbladen.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication