Sa mise en oeuvre convient pour des versants de 3° à 90°. L’inox est également autonettoyant, ce qui évite la formation de mousses. Nous attirons votre attention sur le fait que chaque fabricant de tuiles possède ses propres spécifications de pose. Si celles-ci ne sont pas respectées, la garantie n’intervient pas. Prudence donc ! Le zinc : un matériau d’actualité Utilisé depuis plus de 150 ans, le zinc est un matériau qui offre de nombreuses possibilités d’applications liées tant à l’exécution et à la finition de la toiture et du bardage qu’à l’évacuation des eaux pluviales. le grand avantage de se poser très rapidement. Elles se présentent, en effet, sous la forme de longues bandes de plusieurs mètres de long (jusqu’à plus de 5 m), regroupant une trentaine de tuiles. Une telle toiture offre l’avantage de la légèreté : 6,7 kg/m2 . Un panneau de 5,4 m ne pèse en effet que 15 kg. Notons que l’acier ne rouille évidemment pas car il est galvanisé à chaud. Ce type de toiture s’accommode de toutes les pentes de toiture comprises entre 14° et 90°. Elle est autonettoyante et étanche grâce à la jointure des rangées de panneaux. Elle est également ininflammable. Pour les travaux de rénovation, il n’est pas nécessaire d’enlever le revêtement existant. Les tuiles en béton Elles sont produites par moulage. Elles présentent une surface lisse ou revêtue d’une couche de granulats. Ni clivage, ni crevasse, ni feuilletage, ni fissure ne doivent apparaitre sur leur surface. Ces tuiles sont pourvues, latéralement, d’un dispositif d’emboîtement et, au pied, d’une chambre de décompression. Elles sont fournies en plusieurs modèles et couleurs. Leurs propriétés techniques (porosité, résistance à la flexion) sont comparables à celles des tuiles en céramique. Les tuiles en bitume Les bardeaux bitumés, appelés aussi ”shingles” sont constitués d’une ossature en voile de verre très solide et imputrescible, imprégnée de bitume. Leur finition en granules céramiques offre une grande gamme de coloris. Ces tuiles sont en réalité très peu utilisées sur les toitures des maisons privées. On les trouve plutôt sur les abris, les dépendances, les hangars, etc. Les tuiles en inox La pollution et les pluies acides provoquent le remplacement de plus en plus rapide des matériaux de couverture traditionnels tels que le roofing et le zinc. La recherche d’un nouveau produit a abouti à l’acier inoxydable. Les pays où ce revêtement a remporté un franc succès sont l’Allemagne, la Suisse et les pays scandinaves. Grâce à l’inox, les fuites dans les gouttières, les roofings bricolés et le zinc rongé appartiennent définitivement au passé. L’inox est disponible en longueur jusqu’à 25 m (les gouttières jusqu’à 40 m), ce qui permet une application en une seule pièce et évite de multiplier les soudures. Ré­no­va­tion Le zinc est largement utilisé dans l’architecture contemporaine au sein de laquelle il est apprécié pour différentes raisons : • Il présente une nervuration, plus ou moins marquée, selon la technique utilisée, qui structure et rythme la toiture. • Grâce aux différentes techniques de pose, le zinc s’adapte à tous les volumes, que les pentes soient faibles ou fortes, que les formes soient planes ou cintrées. • Il s’intègre à tous les styles. • Le zinc s’harmonise avec les nombreux matériaux mis en oeuvre dans l’art de bâtir, que ce soit la pierre, le bois, la brique, le béton ou le verre. Dans les maisons anciennes, les greniers sont des réserves providentielles d’espaces à aménager. At ten tion : pris entre une charpente souvent sous-dimensionnée et un plancher en bois, l’inertie thermique y est inexistante. Conséquence : surchauffe en été et coup de froid en hiver. Pour éviter ces désagréments, une solution : doubler l’épaisseur de la charpente de façon à pouvoir y placer un matelas isolant d’au moins 12 cm. Conseil SVK GRAVIC Pagina 69

Pagina 71

Interactieve digi folder, deze verenigingsblad of drukwerk is levensecht online geplaatst met Online Touch en bied het online zetten van digi-brochures.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication