Le nourrisson | Sa santé laissant sa couche et établit son diagnostic en fonction des critères respiratoires ( fréquence des mouvements du thorax, auscultation pulmonaire, etc. ). Il pourra ensuite évaluer comment l’enfant accepte la séance de kinésithérapie tout en rassurant la mère sur le caractère non douloureux des séances-même si bébé pleure. Ces actes visent à augmenter le flux expiratoire. Le but est d’évacuer les sécrétions en les faisant remonter le plus haut possible dans l’arbre bronchique et de les faire sortir via la bouche grâce à la respiration de l’enfant. La pression exercée sur le thorax et l’abdomen en phase expiratoire permet d’amener les sécrétions dans la trachée. Souvent impressionnantes pour les parents, ces pressions s’exercent sur la cage thoracique du bébé, qui, à cet âge, est plus souple. Une fois dans la trachée, les sécrétions sont évacuées dans la bouche grâce à un réflexe de toux provoqué par une pression. Enfin, il suffit d’empêcher l’enfant de les avaler en facilitant l’expectoration. Cette affection est elle synonyme d’asthme ? Les liens entre asthme et bronchiolite ne sont pas prouvés. Pendant longtemps, les spécialistes ont cru que la bronchiolite préparait le lit de l’asthme. Depuis, des études ont montré que le devenir de la bronchiolite dépendait de la sévérité de l’infection initiale. Une étude récente confirme que trois épisodes sévères de bronchiolite constituent un facteur de risque pour le développement ultérieur d’un asthme allergique. En effet, lorsque certains enfants souffrent de plusieurs épisodes de bronchiolite, le corps médical parle d’asthme du nourrisson à partir du troisième épisode. Toutefois, l’évolution vers un asthme à l’âge adulte dépend de la sévérité de la bronchiolite et est étroitement liée à un terrain atopique, c’est-à-dire à l’existence d’antécédents familiaux d’eczéma, d’allergies ou d’asthme. Existe t-il une prévention efficace contre cette maladie ? Comme pour la plupart des maladies infantiles, l’allaitement maternel fournit à l’enfant les anticorps qu’il n’a pas encore eu le temps de développer. Deux études récentes tendent de confirmer l’effet protecteur de l’allaitement contre la bronchiolite. Selon l’une de ces études, cet effet protecteur serait plus fort chez les enfants exposés à la fumée de cigarette. Règles d’Hygiène et Prévention Le meilleur moyen de prévenir la contamination en période d’épidémie consiste à respecter ces quelques règles d’hygiène : • Lavez-vous les mains à l’eau et au savon, pendant au moins 30 secondes avant de manipuler un nourrisson • N’embrassez pas bébé sur le visage; préférez un bisou dans le cou ou sur la main. • Evitez les lieux publics comme les grands magasins ou les transports en commun avec votre chérubin. • Ne fréquentez pas les lieux enfumés. • Ne laissez votre enfant passer de main en main lors des fêtes de famille. • Lavez les mains et changez les vêtements des frères et soeurs revenant de la crèche ou de l’école. • Lavez régulièrement les voies nasales du nourrisson en cas de rhume. • N’échangez pas les tétines, biberons, sucettes, petites cuillères ou jouets d’un bébé avec ceux appartenants à un autre enfant; toujours bien les nettoyer soigneusement. • Respectez les règles élémentaires d’hygiène en préservant toujours votre bébé d’un contact physique direct ou indirect inutile avec des personnes malades. Une bronchiolite est une infection très courante et très contagieuse mais le plus souvent bénigne et pour laquelle un traitement existe. Comme pour toute infection, il faut réagir tôt et consulter un pédiatre ou un médecin dès les premiers signes, surtout si l’enfant présente des difficultés importantes pour respirer ou s’alimenter. D’octobre à décembre, pensez à suivre au maximum les mesures de prévention. © Babimex V.Wilpart 90 Bébé& maman Pagina 89

Pagina 91

Scoor meer met een webwinkel in uw maandbladen. Velen gingen u voor en publiceerden weekbladen online.

BEBE & maman. Le Guide du BEBE et de la Future Maman. Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication