Le nourrisson de 39°C ), sécrétions nasales et petite toux sèche. Ce n’est que vers le troisième jour qu’apparaissent les signes typiques de la bronchiolite qui correspondent à l’atteinte des bronchioles par le virus. Cette attaque des petites bronches est spécifique de la bronchiolite : c’est elle qui la différencie d’une simple bronchite, qui la fait ressembler à de l’asthme. La bronchiolite du nourrisson a dépassé ces dernières années le cadre strictement médical et constitue aujourd’hui un problème national de santé publique. Comment et quand mon enfant peut-il attraper la bronchiolite ? En Belgique, les infections à VRS commencent généralement à partir de la quarantième semaine de l’année, soit début octobre et s’arrêtent très souvent fin mars, à la quinzième semaine. Le plus grand nombre de cas est observé en général à la cinquantième semaine, soit mi-décembre. Les pics saisonniers des VRS présentent donc une image très stable d’année en année. Aucune épidémie n’est observée en dehors de cette période de l’année. La bronchiolite se transmet soit lorsqu’on se trouve en contact avec le mucus issu du nez ou de la bouche d’une personne infectée soit lorsqu’on touche un objet ( tables, chaises, matériel, jouets ) sur lequel une personne malade a toussé. Les endroits à haute densité de population comme les écoles ou les centres commerciaux sont donc les plus propices à la propagation du virus. Certains adultes et enfants plus âgés n’ont souvent pas conscience d’être atteints de bronchiolite parce qu’ils ne se sentent pas malades ou n’ont qu’un petit rhume. Ils peuvent pourtant la transmettre aux enfants avec lesquels ils jouent ou dont ils s’occupent. Quels sont les enfants les plus à risque ? Les nourrissons âgés de trois à neuf mois sont les plus exposés au risque de bronchiolite, pour des raisons anatomiques notamment le calibre des bronchioles. Les bébés à risque de bronchiolite sévère sont les enfants de moins de trois mois, les bébés de poids de naissance inférieur à 2,5 kg, les prématurés, les enfants ayant une malformation cardiaque ou une maladie respiratoire. Que va prescrire le médecin ? Le traitement de la bronchiolite se résume pour l’essentiel à des mesures permettant de lutter contre l’encombrement des voies respiratoires aériennes ( nez ) et bronchiques, enfin éviter la déshydratation. Dans le cas d’un bébé qui présente pour la première fois une bronchiolite, la kinésithérapie est proposée d’emblée. Souvent impressionnante pour les parents, elle est indolore et sans danger pour les enfants lorsqu’elle est pratiquée par un kinésithérapeute formé à cette technique. Le nombre de séances varie selon l’encombrement des bronchioles. Le médecin vous conseillera de laver le nez de votre chérubin avec du sérum physiologique avant chaque tétée, de lui faire boire de l’eau pour évacuer les sécrétions bronchiques et enfin de lui donner ses biberons de manière fractionnée pour limiter les vomissements lors des quintes de toux. Les seuls médicaments indispensables lors d’un premier épisode de bronchiolite non compliqué sont les antipyrétiques. Ces produits sont à utiliser pour faire baisser la température, lorsque celle-ci est trop élevée. Les fluidifiants bronchiques ne sont pas nécessaires et les antibiotiques sont prescrits exceptionnellement, au cas par cas, lorsqu’une surinfection bactérienne s’installe avec fièvre élevée et prolongée ( supérieure à 38°5 pendant au moins deux jours ), sécrétions purulentes ou otite. Les sirops contre la toux doivent être absolument proscrits car ils s’opposent à l’évacuation des mucosités qui encombrent les bronches. Le lavage du nez en pratique L’important est de bien se placer pour pouvoir agir tout en maintenant l’enfant ( tête et bras ). Allonger bébé sur le dos en amenant la tête sur le côté. Introduire dans la narine l’embout du spray isotonique ou de la pipette de sérum physiologique et relever l’embout pour l’avoir perpendiculaire au visage. Le liquide ou spray est instillé par une seule et longue pression. Les mucosités sont alors expulsées par l’autre narine. Recommencer jusqu’à ce que le liquide ressorte propre. Dans ce cas, il suffit de traiter seulement une narine. Répéter le lavage 6 à 8 fois par jour. Comment se déroule une séance de kinésithérapie ? Le kinésithérapeute discute avec la mère des symptômes du bébé ( rythme, fréquence de la toux etc. ). Puis il déshabille l’enfant en lui www.bebe-maman.be 89 Pagina 88

Pagina 90

Scoor meer met een online shop in uw folders. Velen gingen u voor en publiceerden kranten online.

BEBE & maman. Le Guide du BEBE et de la Future Maman. Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication