U r g e n c e e n s : Le nourrisson Un problème survenant chez enfant est un souvent générateur pour les parents, d’anxiété ! Pourtant, nos chers petits sont plus résistants qu’on ne le pense et il n’existe que peu d’urgences où leur vie est réellement La connaissance de quelques gestes est cependant utile dans certaines situations. Les hémorragies Trois sortes d’hémorragies sont à distinguer. L’externe est facilement détectée car le sang s’écoule à l’extérieur par une lésion visible, au contraire de l’interne, où le sang se déverse à l’intérieur du corps. Dans les hémorragies extériorisées, le sang se répand par un orifice naturel comme le nez ou la bouche à partir d’une lésion interne. en danger. Stopper une hémorragie externe est une urgence car, parfois, la perte de sang est si importante qu’elle compromet la vie. L’idéal est de coucher l’enfant en surélevant légèrement les jambes, ce qui diminue les risques d’évanouissement en favorisant l’apport sanguin au cerveau. Si possible, placez la partie qui saigne en hauteur par rapport au cœur, excepté en cas de suspicion de fracture. Ensuite, sans sonder la plaie pour extraire un quelconque objet qui y serait enfoncé, exercez rapidement une compression à l’endroit exact du saignement. A cette fin, vous pouvez utiliser un linge propre, un pansement stérile ou même, les doigts nus. Votre souci principal est d’arrêter la perte de sang ! Dépêchez quelqu’un pour appeler les secours. Lorsque le saignement s’arrête, bandez la plaie de façon bien serrée. Si l’hémorragie persiste, ajoutez du matériel absorbant par-dessus les premières compresses et maintenez la compression. Au cas où l’hémorragie est importante et incontrôlable, comme dans certaines fractures ouvertes, vous devez exercer une pression sur l’artère à distance de la lésion ellemême. Par exemple, un saignement situé aux membres inférieurs nécessite un appui du poing dans le pli de l’aine. Si un membre est arraché ou sectionné, une pression directe est appliquée sur la zone de section. Pour conserver le moignon, comme un doigt, mettez-le dans un sachet en plastique sec et propre, lui-même déposé dans un autre sac rempli d’eau et de glaçons. Toutes les 15 minutes secouez légèrement le tout pour éviter les gelures. Enfin, si le membre est écrasé, attendez les secours avant de faire quoi que ce soit. l r Un objet coincé ? Un petit objet ou un morceau d’aliment coincé dans les voies respiratoires sont des causes fréquentes d’asphyxie. Si un peu d’air passe encore, laisser votre enfant tousser seul, tout en maintenant son menton et lui tapotant le dos. Par contre, en l’absence totale de passage d’air, votre bambin ne peut ni parler, ni tousser : il s’asphyxie. De manière réflexe, il porte les mains à son cou, ce qui constitue un signe indubitable de détresse respiratoire. Si l’état respiratoire de l’enfant semble stable, c’est à dire qu’il est conscient et peut respirer, calmez-le et emmenez-le à l’hôpital, où l’on extraira l’intrus sous contrôle visuel. En cas d’obstruction ou de détresse croissante, il faut appeler immédiatement les secours et, entre-temps, recourir à une manœuvre de désobstruction. L’enfant, inconscient est couché sur le dos, la tête sur le côté. Exercez 4 compressions thoraciques avant d’inspecter la bouche et d’en retirer l’éventuel corps étranger. Répétez la séquence jusqu’au succès final ou l’arrivée des secours. Pour un enfant encore conscient, faites-le asseoir et placez-vous derrière lui. Entourez-le de vos bras et placez le poing fermé à égale distance entre la pointe inférieure du sternum et l’ombilic. A l’aide de l’autre main, prenez le poing et exercez 6 à 10 compressions brusques en tirant en arrière et vers le haut. Laissez-le tousser afin d’expulser l’objet malvenu. Si une manœuvre ne suffit pas, recommencez jusqu’à sa réussite. www.bebe-maman.be 87 e s f b e o x s s é l Pagina 86

Pagina 88

Heeft u een magazine, pageflip of digi-gidsen? Gebruik Online Touch: onderwijscatalogus digitaal zetten.

BEBE & maman. Le Guide du BEBE et de la Future Maman. Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication