L’enfant grandit | Sa santé Les enfants ont besoin de plus de dix contacts avec un aliment nouveau pour l’apprécier. Maman, ne cédez pas trop vite devant un refus … C L’équilibre est dans l’assiette haque appareil sensoriel est unique. Certains enfants ont une sensibilité plus fine que d’autres sur les plans gustatif et olfactif, ce qui peut influencer leur comportement à table. Les plus sensibles, qui possèdent un bagage génétique leur permettant de détecter une large palette de goûts et d’arômes, manifestent davantage de préférences et de rejets et sont souvent considérés comme des enfants capricieux, difficiles devant l’assiette. En comparaison, les moins sensibles apparaissent comme de bons mangeurs appréciant tous les mets. Les yeux, première barrière Lorsque l’enfant est à table, il détaille son assiette, il dévore des yeux avant de savourer. Il est donc primordial que les aliments aient l’air appétissant. Nous-mêmes, les adultes, ne préférons-nous pas des légumes bien calibrés, sans taches et sans coups, ceux qui nous attirent déjà par leur aspect ? La vue exerce une influence sur les autres sens : sans en préciser l’arôme, donnez à un enfant un yaourt coloré en rouge, à un enfant. Il vous dira qu’il mange un yaourt aux fraises, même si celui-ci est rolf/">viktor-rolf/">parfumé … au citron ! Plus d’une fois.. Même dans le ventre de la mère, l’enfant perçoit des goûts ! En allaitant, les mamans influencent également les goûts de leur petit bout. En effet, les arômes des aliments qu’elles consomment sont transmis au lait maternel si bien que les enfants, après le sevrage, choisiront préférentiellement ceux que consommait leur mère quand elle les allaitait. Passant du lait à une alimentation diversifiée, le bambin est surpris par les aliments inconnus qu’on lui présente. En moyenne, il lui faut plus de dix à quinze contacts pour accepter un aliment nouveau ! Maman, n’abdiquez donc pas après trois essais infructueux ! Depuis le sevrage, votre enfant craint l’inconnu et résiste à la nouveauté. Il refuse de goûter des aliments non familiers. Il se raccroche à ce qu’il connaît. Face à son assiette, vous le voyez flairer, trier, mettre en bouche, recracher … Le champ des aliments se restreint jusque 5 ans. Dire non aux aliments, c’est aussi s’affirmer, se manifester et tester ses limites. Quelques conseils pour les appétits capricieux • Ne forcez pas un enfant à manger • Proposez de petites portions ou laissez votre enfant se servir lui-même • Donnez le bon exemple • Laissez votre bout de chou aider à la cuisine. Les haricots qu’il a équeutés lui même auront plus de chance d’être mangés. • Dressez une jolie table : un cou vert attrayant ajoute à l’agrément du repas. Même votre enfant y sera sensible. Abondant ou léger, le petit déjeuner est un des repas principal de la journée. Trop souvent délaissé par les enfants, il est important qu’il occupe la place qui lui revient. Le repas agit également comme un coup de fouet pour commencer la journée. Si vous réfléchissez bien, il s’est passé en moyenne 10 à 12 heures depuis le souper de la veille. Lorsque votre bambin dort, son corps ne consomme heureusement que peu d’énergie 112 Bébé& maman et Pagina 111

Pagina 113

Interactieve internet rapport, deze drukwerk of vaktijdschrift is levensecht online geplaatst met Online Touch en bied het online uitgeven van e-jaarverslagen.

BEBE & maman. Le Guide du BEBE et de la Future Maman. Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication