6 Les planchers en bois La structure des planchers en bois se compose d’une poutraison, d’entretoises et d’un planchéiage (également lambourdage) reposant sur les murs porteurs selon la plus petite portée. Ceux-ci sont soit enclavés dans la maçonnerie soit posés sur un corbeau (pièce de bois ou de maçonnerie en saillie d’un mur qui supporte une poutre ou une autre charge). Les poutres portent au moins sur 7 cm dans la maçonnerie. Les bois mis en oeuvre auront reçu un traitement de préservation. Les faces supérieures des gîtes sont placées dans un plan horizontal et sont fixées à sec dans la maçonnerie. Les poutres de rive sont placées à une distance comprise entre 3 et 5 cm des murs et calées contre ceux-ci. Tous les 1,50 mètres, les gîtes sont solidement reliées par un chaînage qui assure la rigidité et évite tout flambement latéral. De manière à éviter tout risque de transmission d’incendie, les chevêtres et les gîtes sont maintenues à 20 cm au moins de la face intérieure et à 10 cm au moins de la face extérieure des conduits de fumée et de ventilation. De même, aucune pièce en bois ne peut être enclavée dans un mur mitoyen. Lorsque le plancher est placé au-dessus d’un espace libre tel que des caves, des garages et d’autres locaux inhabités, une isolation thermique avec un pare-vapeur doit être posée. Pour diminuer la transmission des bruits, on peut remplir le creux entre les solives, désolidariser les surfaces par l’application d’une membrane sous les panneaux du plancher. Dans ce cas, le plancher sera vissé. Ce type de plancher présente de multiples avantages et convient parfaitement dans le cas de maisons unifamiliales. Les planchers en béton armé Les planchers en béton coulés “in situ” constituent des dalles monolithiques. Ils sont armés à l’aide de barres en acier. Les barres inférieures (barres de résistance) forment l’armature principale et sont placées dans le sens de la portée. Elles sont destinées à résister à la flexion et à la traction. Les barres supérieures (barres de répartition) ont pour but de répartir les efforts de charges et de surcharges. Les barres d’armatures sont reliées entre elles par ligatures. Remarquons que lorsque la dalle est en contact direct avec le sol, elle est coulée sur un coffre réalisé à l’aide de bricaillons, de sable stabilisé, d’un film imperméable, etc. En deux mots, de quoi assurer l’isolation. D’autre part, lorsque la dalle est située entre deux étages, sa mise en oeuvre nécessite la réalisation d’un coffrage. Celui-ci ne peut être enlevé qu’au moment ou le béton est parfaitement durci. Soit après un délai de 21 à 28 jours. Les planchers préfabriqués Il s’agit de dalles réalisées à l’aide d’éléments préfabriqués permettant une économie de temps et de matériaux (pas de coffrage, moins d’étançons, etc). Les planchers semi-préfabriqués Ils sont composés de poutres en béton précontraint en forme de “T” renversé et d’“entrevous” creux en terre cuite, destinés à être placés entre les rangées de poutres précontraintes. Ces “entrevous” sont pourvus de vides multiples et cloisonnés qui augmentent le pouvoir d’isolation phonique et thermique. La sous-face des entrevous et des poutres doit être plane pour recevoir directement l’enduit de plafonnage. Le monolithisme du plancher est assuré par le béton de la dalle de compression coulée sur le chantier en une épaisseur de 2,5 cm minimum. Les entrevous peuvent également être réalisés à base de béton, de feuilles métalliques pliées ou de polystyrène expansé moulé. INFOBETON - © MARS ARCHITECTEN – PHOTOGRAPHIES ANDRÉ NULLENS 96 www.construire-renover.be Pagina 95

Pagina 97

Interactieve efolder, deze catalogus of artikel is levensecht online geplaatst met Online Touch en bied het digitaal uitgeven van digi-clubbladen.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication