2 La brique de parement La plupart des briques de parement sont vendues avec la marque BENOR, qui stipule la classe de résistance au gel. Exigez-la. La porosité : à ne pas négliger Il faut savoir qu’une brique est constituée d’un réseau de pores. Lorsqu’il pleut, les pores se remplissent d’eau. La conséquence ? L’eau ne ruisselle pas ou très peu. Après un temps très court, la brique évacue rapidement l’eau absorbée. Peu de temps après une averse, par exemple, le mur est à nouveau presque sec. Cependant, un mur en brique peut contenir, pendant un temps donné, une très grande quantité d’eau. Il faut évidemment éviter que cette eau ne pénètre plus profondément pour atteindre la face interne du mur. Si autrefois des murs très épais ( 40 cm et plus ) apportaient une solution à cela, aujourd’hui pour être imperméable, un mur doit être creux. Maintenir la propreté d’une façade est plus facile lorsqu’elle est en briques nues. Les autres matériaux tels que le verre, le béton, la pierre naturelle et la brique peinte conservent plus souvent des traces de salissure. Problèmes liés aux briques Les efflorescences Les efflorescences apparaissent sur un mur lors de l’évaporation de l’humidité contenue dans celui-ci. L’eau, en s’évaporant, dépose sur la surface de la brique, les sels qu’elle contient. Le phénomène se produit souvent au printemps, sur des murs maçonnés l’année précédente. On a constaté que les sels se forment fréquemment par contact entre les briques et le ciment de mortier frais et ce, dans un milieu humide. On observe donc souvent des efflorescences sur des murs qui ont été maçonnés par temps de pluie et lorsque la maçonnerie fraîche n’a pas été protégée des précipitations. A l’extérieur, ces efflorescences sont naturellement éliminées par la pluie. A l’intérieur, il faut les nettoyer. La dégradation des joints C’est heureusement assez rare. Il semble que les causes soient à chercher dans l’utilisation de sable trop fin ( ou trop “gras” ) qui soit à l’origine de la faiblesse du mortier ou dans un mauvais dosage du mortier ( trop peu de ciment ). Quoi qu’il en soit, le résultat peut être désastreux et nécessiter purement et simplement l’abattage du mur en question. Comment savoir si le dosage du mortier est bon ? Il doit normalement être de 300-350 kg par m3 . Cela signifie 1 sac de ciment pour 3 brouettes de sable et 4 seaux d’eau. Attention, trop de ciment occasionne des frais inutiles ! La brique silico-calcaire Si la brique en terre cuite est vieille comme le monde, que dire alors de la brique silico-calcaire ? Les pyramides, la grande muraille de Chine et le temple de Salomon à Jérusalem furent déjà construits à l’aide de ce matériau. Ces briques sont obtenues par un mélange intime de chaux et de sable, moulé sous haute pression et durci sous pression de vapeur. Elles sont destinées à la fois à l’érection de murs intérieurs portants et de parois de séparation. A l’intérieur, leur esthétique permet même de les conserver en maçonneries apparentes. De plus, la qualité de ce matériau est garantie par les normes BENOR. 54 www.construire-renover.be SVK SVK Pagina 53

Pagina 55

Voor mailings, online catalogi en edities zie het Online Touch beheersysteem systeem. Met de mogelijkheid voor een webshop in uw sportbladen.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication