13 Le plan de travail : un allié solide Le choix du matériau en ce qui concerne le plan de travail est très important car celui-ci aura à subir de nombreuses contraintes tout au long de sa vie. La forte chaleur, le froid, la découpe des aliments, les boîtes de conserve que l’on ouvre, les bouteilles que l’on y pose sans ménagement, l’eau qui coule, les aliments que l’on renverse … stop ? Vous aurez compris qu’il doit être résistant aux chocs et à l’humidité, antidérapant, capable d’accueillir une casserole ou encore un plat sortant du four. Voici la liste des matériaux qui remplissent quelques-unes – voire toutes – ces conditions : Quelques mots d’ergonomie Les cuisinistes se sont emparés de cette science qui étudie les mouvements d’un individu dans un milieu donné pour les rendre faciles et indolores. Et avec raison ? Combien de fois n’avez-vous pas eu mal au dos après avoir nettoyé les haricots ou roulé la pâte à tarte ? N’avez-vous jamais eu l’impression que votre colonne se dévisse quand vous devez plonger dans le fond de l’armoire du bas ? Ne vous est-il pas arrivé de mAudire les quelques centimètres qui vous manquent pour atteindre le pot de moutarde caché au fond de l’armoire, à tel point qu’elle vous monte au nez ? Rassurez-vous, avec les cuisines actuelles, oubliés les tours de reins et autres lumbagos ? • Les dimensions idéales • On considère que 80 à 90 cm est la hauteur moyenne idéale pour un plan de travail, mais tout dépend de la taille de l’utilisateur, bien entendu. • Les hauteurs de référence varient en fonction de l’activité que l’on exerce : décorer un gâteau demande d’avoir les mains plus près des yeux, par contre, abaisser de la pâte ou couper des légumes demande un plan de travail à hauteur des hanches et donc plus bas. • La profondeur la plus confortable ne doit pas excéder 50 à 60 cm. • En ce qui concerne l’évier, vous ne devriez en principe pas vous pencher pour en toucher le fond. • Les armoires murales : elles sont suspendues et le système de fixation permet souvent d’en régler la hauteur. Les dernières tendances ne s’orientent plus vers les armoires couvrant les murs jusqu’au plafond. On retrouve une dimension humaine, elles sont en tout point accessibles sans tabouret. • Les armoires du bas sont posées sur de petits pieds réglables qui permettent de ne pas s’inquiéter d’éventuelles petites irrégularités du sol. Les traditionnelles armoires à casseroles ont dû laisser la place aux tiroirs en treillis métallique sur roulements à bille, pivotants pour les armoires de coin. Le système tiroir s’étend d’ailleurs de plus en plus, même pour le rangement des aliments secs ou des bouteilles. Certains fabricants munissent même leurs tiroirs d’une télécommande ? • Les portes des armoires ont retrouvé leurs poignées qui avaient disparu dans les années 70/80 au profit de rainures dans lesquelles nombre d’entre-nous se sont cassé les ongles. Les boutons sont à nouveau présents, dans toutes les matières et de toutes les couleurs. IXINA 246 www.construire-renover.be Pagina 245

Pagina 247

Voor edities, online lesboeken en studiegidsen zie het Online Touch content management system systeem. Met de mogelijkheid voor een web winkel in uw gidsen.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication