La déco en prio ! Si les équipements dernier cri, jets pivotants et autres baignoires massantes sont nombreux dans les articles proposés par le secteur, l’aménagement est tout aussi important. Pièce de vie à part entière, la salle de bains ne peut se contenter d’être un assemblage sans âme de gadgets high-tech, elle doit refléter un certain esprit de calme et de détente. Si possible orientée côté jardin, avec vue sur la nature, elle accueille désormais beaucoup de lumière et voit son espace radicalement modifié. De plus en plus, la baignoire trône au centre de la pièce, parfois légèrement surélevée dans une mise en scène presque théâtrale. Sur le sol et les murs, les mosaïques opèrent un grand retour, à côté du bois, qui, contrairement aux idées reçues, convient très bien pour les salles de bain. Serviette épaisse, bougie rolf/">viktor-rolf/">parfumée, musique apaisante, viennent compléter un environnement tout entier voué au cocooning et à la détente. Fiat lux Le choix d’une lumière adéquate doit s’opérer de manière réfléchie. Devant l’arsenal des luminaires disponibles dans le commerce, il convient donc de suivre quelques conseils essentiels. Lieu humide par excellence, la salle de bains doit s’équiper en luminaire différemment de toute autre pièce de la maison. L’électricité et l’eau ne faisant pas bon ménage, des réglementations très strictes conditionnent l’emploi et l’utilisation de la lumière. Ainsi, plus on s’approche de la baignoire ou de la douche, plus il y a de restrictions. D’une manière générale, le choix des armatures d’éclairage doit se faire selon le fameux indice de protection (IP). L’IP est suivi de deux chiffres, le premier indique le degré de protection contre les corps solides. Le second renseigne sur l’étanchéité. Plus les chiffres sont élevés (sur une échelle de 0 à 6), plus la protection est grande. Une armature IP54, par exemple, protège contre les dépôts de poussières nocives et les infiltrations d’eau. Passées ces recommandations, audace et créativité peuvent enfin s’exprimer. Décrié pour son côté monotone et fade, le plafonnier unique (souvent un néon) tend à disparaître au profit des appliques murales ou autres downlighters. Procurant une lumière douce, qui n’éblouit pas, ces sources lumineuses sont idéales pour la relaxation et pour un réveil en douceur le matin. Eviter les sources d’éblouissement, privilégier les éclairages indirects, ou installer des variateurs de lumière qui accentuent les contrastes de la pièce. Dans les grandes salles de bains, il est nécessaire d’utiliser au moins deux sources différentes de lumière. Se laver, se brosser les dents, se maquiller, requiert un éclairage suffisant à doser avec parcimonie. Des appliques de part et d’autre du miroir sont ainsi recommandées par rapport aux spots halogènes aveuglants, juchés en hauteur et produisant souvent des ombres peu esthétiques. Aux heures de détente, lorsque le bain devient un oasis de bien-être, les bougies constituent l’éclairage d’ambiance par excellence. Source naturelle de lumière, le soleil doit aussi être pris en compte. L’ouverture croissante vers l’extérieur (souvent le jardin), par de grandes baies vitrées, est une autre grande tendance actuelle. Pour se préserver des regards extérieurs, le choix des rideaux est essentiel. Pas trop opaques, pour ne pas filtrer la lumière, mais suffisamment denses pour ne rien laisser deviner, les doubles voilages font leur grand retour. Adoptés dans toute salle de bains rétro qui se respecte, ils apportent une touche d’intimité supplémentaire. Ils restent cependant marginaux par rapport aux stores vénitiens ou enrouleurs qui ont l’avantage de filtrer la lumière naturelle ou artificielle tout en vous assurant une intimité parfaite. L’équipement de vos fenêtres devant naturellement être assorti aux couleurs de la salle de bains. www.construire-renover.be 231 12 KALDEWEI -EGEDA Pagina 230

Pagina 232

Scoor meer met een e-commerce shop in uw archief. Velen gingen u voor en publiceerden onderwijsmagazines online.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication