La production d’eau chaude sanitaire Le choix d’un système de production d’eau chaude dépend des sources d’énergie disponibles dans votre maison, de votre système de chauffage, de vos exigences en matière de confort et.. du budget dont vous disposez. Les modes de production d’eau chaude peuvent être répartis en deux catégories. (rédigé grâce aux données fournies par Electrabel) Les systèmes centralisés Ils désignent les divers types de boilers assurant la production d’eau chaude pour l’ensemble de l’habitation. Dans le cas présent, une réserve plus ou moins importante d’eau chaude est stockée en permanence à température constante, prête à l’emploi. Un tel système offre évidemment un grand confort d’utilisation, mais est plus gourmand en énergie que les appareils à production instantanée. Signalons également les pertes de chaleur susceptibles de se produire lors de l’acheminement de l’eau chaude vers la robinetterie. Divers types d’appareils fonctionnent selon ce principe : • Le boiler électrique : il se compose d’un réservoir d’eau bien isolé, d’une résistance électrique, d’un thermostat et d’un système de sécurité permettant d’écarter tout risque d’explosion en cas de surchauffe. La capacité des boilers conçus pour les salles d’eau varie de 80 à 300 litres et doit être choisie en fonction des besoins journaliers d’eau chaude. Avantages et inconvénients : Peu coûteux à l’achat et d’une installation aisée, le boiler électrique fournit de l’eau chaude à température assez constante, mais dans les limites de sa capacité. La solution la plus économique consiste à brancher l’appareil sur un compteur exclusif nuit. Cette formule avantageuse est toutefois très rigide car l’appareil ne peut chauffer l’eau que pendant la nuit. Une fois la réserve épuisée, il faut attendre le lendemain pour disposer à nouveau d’eau chaude. Le tarif bihoraire est plus souple car, en cas de besoin, le boiler peut fonctionner durant la journée. Le tarif est alors moins avantageux. • Le boiler au gaz : fonctionne selon le même principe que le boiler électrique. Mais la résistance électrique est remplacée par un brûleur au gaz. Le confort offert par ce système est supérieur au boiler électrique car la réserve d’eau chaude est reconstituée plus rapidement, permettant de répondre aux besoins des grands consommateurs d’eau. • Le boiler sur chAudière : dans ce cas, c’est la chAudière du système de chauffage central qui maintient la réserve d’eau chaude sanitaire à température. La solution idéale : une chAudière à haut rendement, un boiler bien isolé et une régulation avec aquastat séparé pour le boiler. Petit rappel sécurité en matière de chauffe-eau au gaz ! Rappelons que le CO (monoxyde de carbone) est invisible, inodore, qu’il ne pique pas aux yeux et qu’il stagne dans les locaux mal ventilés. Les signaux d’alarme tels que maux de tête, vomissements, vertiges, troubles de la mémoire sont les signes avant-coureurs d’une éventuelle intoxication. Les systèmes instantanés Ils produisent l’eau chaude à la demande et fonctionnent dès qu’un robinet d’eau chaude est actionné. Ces appareils sont alimentés au gaz et s’installent généralement à proximité des points de puisage afin d’éviter tout gaspillage d’énergie. Seul inconvénient : la température d’eau chaude dépend du débit et est donc susceptible de connaître d’importantes variations au cours du puisage. Deux types d’appareils fonctionnent selon ce principe : • Le chauffe-bain au gaz figure parmi les moins chers à l’achat. Cet appareil est généralement installé dans la salle de bains et procure une eau chaude instantanée. L’allumage s’opère habituellement par veilleuse, mais il est intéressant de noter qu’un nombre croissant de modèles dispose d’un système électronique. Ces appareils doivent être détartrés régulièrement. Fait intéressant : il existe des modèles sans cheminée (on parle alors de tirage compensé). • La chAudière murale au gaz permet, en plus de la production instantanée d’eau chaude, une fonction de chAudière traditionnelle pour le chauffage central. Ce système, très compact, peut être installé dans un petit local technique ou à défaut, dans la cuisine. 12 Comment faire ? • La salle de bains et la cuisine doivent disposer de ventilations ( ventilation basse de la porte de salle de bains obligatoire). • Le chauffe-eau doit être raccordé à une cheminée individuelle aboutissant sur le faîte du toit. Les installations en façade dont le tuyau d’évacuation sort directement au travers de la maçonnerie, sont interdites. • La sécurité est liée au bon tirage de la cheminée. • Certains modèles de chauffe-eau possèdent un «oxy-stop» qui détermine la teneur en CO dans l’atmosphère de la pièce et qui arrête automatiquement le chauffe-eau si la limite est dépassée. • Un entretien régulier par un homme de métier compétent est conseillé. La fréquence de cet entretien est différente suivant l’utilisation que l’on fait de son chauffe-eau (fréquence des bains, utilisation d’eau très chaude, vidange ou non de l’eau chaude après utilisation,…) et consistera en un démontage du bloc-membrane, remplacement du joint et réglage du régulateur de débit. www.construire-renover.be 225 ARISTON Pagina 224

Pagina 226

Heeft u een jaarverslag, onlinepublisher of digi-rapporten? Gebruik Online Touch: onderwijs catalogus online bladerbaar uitgeven.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication