Pour les lieux de passage, optez davantage pour un revêtement hyper résistant aux chocs et à l’usure (un carrelage par ex.), pour la chambre des enfant s, dirigez-vous vers un matériau plus “tendre “(mais facile d’entretien), où la chaleur et la douceur seront de mise. Sans oublier de tenir compte des allergies éventuelles de vos chérubins. S’agit-il d’une pièce humide, d’une salle de bains, d’une cuisine ? Choisissez des matériaux résistants à la perfection à l’humidité et qui présentent des propriétés antiglisse. Votre vigilance doit être extrême pour le sol de la cuisine : pas de pitié ! Le sol de cette pièce est amené à recevoir graisses et acides en tous genres : placez donc une qualité de revêtement inattaquable par ces agents et résistant aux nombreux nettoyages ! Comment sélectionner un carrelage ? Deux grandes catégories s’offrent à vous : les pierres naturelles et les produits fabriqués en usine. Sans entrer dans des critères professionnels, vérifiez le degré d’absorption d’eau du carreau, sa résistance à l’usure et au frottement. Retenez que l’épaisseur d’un carreau ne va pas nécessairement de pair avec la qualité. A l’époque actuelle, les formats sont de plus en plus grands : ne lésinez pas sur la qualité pour ces grands formats, vous éviterez ainsi les défauts de planimétrie et de gabarit (dimensions). Si pour vous, le mot “naturel” est synonyme de bon matériau, les sols en bois, liège, pierre et terre cuite sont des revêtements suffisamment souples pour s’adapter à la ville comme à la campagne. Côté bois, faites bien la distinction entre les parquets en bois massif et ceux en bois lamellé ou laminés, dont la couche supérieure est en stratifié. Douillet, solide, durable, isolant, facile à entretenir et désormais disponible dans des multiples finitions, le liège doit aussi faire partie de votre sélection. Autre question à vous poser à propos de votre revêtement de sol : est-il compatible avec le chauffage par le sol si vous en avez un ? La pierre ? Grâce à un entretien aisé, ce matériau vieillit très bien. Vos préférences vont vers un revêtement très facile à l’entretien ? Le linoléum, avec sa longue durée de vie, est fait pour vous. Il est antistatique et hygiénique. Vous avez en plus l’esprit créatif ? Vous serez surpris des gammes de coloris et de la variété des collections qui se trouvent sur le marché. La chape La chape ne sert pas seulement à couvrir les conduites, mais surtout à niveler le support. Il s’agit soit d’un sol prêt-à-poser plan et horizontal (sol industriel), soit d’une couche de base plane qui sert de support au revêtement. La chape a également pour fonction d’assurer l’étanchéité, 142 www.construire-renover.be l’isolation thermique et parfois aussi l’isolation acoustique. Avant de poser la chape, tous les travaux de plafonnage doivent avoir été exécutés et les socles en béton ou en maçonnerie doivent être prêts. Les châssis doivent également avoir été posés. Quelques conseils Avant de couler la chape, vous devez vérifier que toutes les ouvertures (fenêtres, portes,..) du bâtiment soient fermées. Dans le cas contraire, des courants d’air surviendront et sécheront trop rapidement le mortier. Il est utile d’apposer une bande de papier kraft imprég-née de polyéthylène ou de bitume souple contre les plinthes et sur le pourtour de la pièce où sera appliqué le revêtement afin qu’aucune goutte d’eau ne soit absorbée par la maçonnerie ou le plâtrage. S’il y a des risques d’absorption d’eau par la chape, il faudra alors également placer un film étanche pour qu’il n’y ait pas d’eau de la chape qui puisse s’infiltrer par les plafonds ou les sols. Les différents types de chapes La chape normale : le liant des différents composants est le ciment ordinaire. Les chapes en béton d’égalisation : elles sont posées en vue d’aplanir le support. Les chapes adhérantes : elles sont séparées du support par l’ajout d’une couche d’étanchéité ou d’une autre couche. Les chapes flottantes : ce sont des chapes non-adhérantes sous lesquelles une couche flottante supplémentaire est d’abord appliquée (couche isolante ou antibruit). Les sols carrelés Le choix est vaste et les variétés nombreuses ! Voici les caractéristiques des carrelages les plus courants. Que la pierre soit naturelle ou provienne d’un procédé de cuisson quelconque, outre l’esthétique, le critère essentiel est sa solidité. C’est pourquoi un carrelage n’est pas l’autre et si certains conviennent pour les halls d’entrée grâce à leur grande résistance, d’autres ne seront posés que sur des murs. Ainsi, des zones de passage intensif peuvent rendre plus mats des carreaux qui au départ étaient brillants. Des carreaux émaillés avec aspérités, peuvent perdre ces dernières tout en conservant l’émail dans les creux. Ces modifications d’aspect sont acceptables pour certains carreaux, impossibles pour d’autres. Il faut donc choisir un carrelage en fonction de son usage. INTERCARRO Pagina 141

Pagina 143

Voor presentaties, online verenigingsbladen en publicaties zie het Online Touch CMS systeem. Met de mogelijkheid voor een webshop in uw artikelen.

CONSTRUIRE & RENOVER Lees publicatie 10022Home


You need flash player to view this online publication